Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CGT PAULSTRA

Pourquoi PSA et Renault reportent encore le redémarrage des usines en France.

EXCLUSIF - PSA reporte au 27 avril la réouverture de ses usines françaises, selon son calendrier prévisionnel. Renault reprendra d'abord en Espagne et en Slovénie. Il ne prévoit pas de rouvrir dans l'Hexagone avant le 11 mai. Mais, pour que les usines puissent repartir, il faut que les concessions, toujours pas autorisées à reprendre leurs activités, puissent écouler les stocks.

Malgré son impatience, Carlos Tavares, le président de PSA a "reporté le redémarrage des usines au 27 avril selon un calendrier prévisionnel", soulignent des sources internes au constructeur. Le bouillant patron voulait initialement reprendre le travail dans ses usines tricolores dès la mi-avril. Mais las. Et encore cette reprise des activités est-elle "sous condition que PSA puisse rouvrir ses concessions afin d'écouler ses stocks". Or, le commerce automobile n'est pas encore autorisé par les pouvoirs publics à reprendre physiquement ses activités. A ce stade, "on manque de visibilité", indique laconiquement le groupe. A fin mars 2020, les stocks de PSA se montaient en effet à 715.000 véhicules dans le monde, d'après le communiqué financier du constructeur publié ce mardi. Enorme !

 

Rien se sert donc de produire si l'on ne peut pas vendre. PSA n'est d'ailleurs pas seul dans ce cas. La Fiev (Fédération des équipementiers) estime que les stocks totaux de voitures neuves dans les parcs en France, toutes marques confondues, "équivalent à quatre mois de production"… Les activités devront impérativement reprendre "entre la mi-avril et la mi-mai, faute de quoi l'entreprise serait dans une situation problématique", avait martelé en substance Carlos Tavares, lors d'une visioconférence avec 700 cadres supérieurs et dirigeants le 8 avril dernier. Le chiffre d'affaires de PSA a reculé de 15,6% au premier trimestre (à 15,2 milliards d'euros). Ses ventes unitaires se sont effondrées de 29% (à 627.000 véhicules).

 

Le calendrier prévisionnel prévoit que, le 27 avril, PSA devrait aussi redémarrer ses activités industrielles dans l'usine de Trnava (Slovaquie), qui produit la Citroën C3 et la toute nouvelle citadine Peugeot 208 II dont le démarrage commercial avait été fulgurant avant d'être brisé net par l'épidémie de coronavirus (Covid-19). A cette même date, PSA compte aussi rouvrir en Espagne. PSA fabrique à Vigo son dernier petit SUV Peugeot 2008 II, mais aussi ses utilitaires légers et dérivés ludospaces pour Peugeot, Citroën, Opel. Madrid assemble pour sa part la Citroën C4 Cactus.

 

Renault doit redémarrer en France le 11 mai

Renault devrait pour sa part redémarrer en France à partir du 11 mai, pas avant, selon les plans prévisionnels. Les activités dans l'Hexagone reprendraient du coup après celles des autres usines européennes. La firme au losange planifie effectivement un début d'activité le 24 avril à Valladolid (Espagne), qui assemble le nouveau SUV Captur II, et le 28 avril à Novo Mesto (Slovénie), qui fabrique la Twingo et la Clio V. Le site roumain de Pitesti (Dacia Logan, Sandero, Duster) devait commencer ses activités ce mardi. Mais, la réouverture semble avoir été reportée au 4 mai, selon nos informations, à la suite de la prolongation du confinement dans ce pays. L'autre usine espagnole de Renault, à Palencia (Mégane, Kadjar), doit aussi reprendre le 4 mai. Tout comme le site Nissan de Barcelone (pick-ups Nissan Navara et Renault Alaskan, utilitaires).

 

Dans l'Hexagone, les constructeurs non français s'activent. Toyota y fait même figure de pionnier puisqu'il rouvre ce mardi son usine de Valenciennes (Nord), où la production effective de la petite Yaris reprendra jeudi. Le Japonais espère passer à deux équipes dans les prochaines semaines, pour atteindre alors, potentiellement, "600 voitures quotidiennes". Soit les deux-tiers de la production du début de l'année. Daimler, lui, compte fabriquer de nouveau sa mini-voiture Smart à Hambach (Moselle) à partir du 11 mai.

 

Daimler reprend la production en Allemagne

Chez les constructeurs allemands, c'est d'ailleurs Daimler (Mercedes) qui prend les devants, avec la reprise de l'activité lundi dernier à Rastatt (Classe A, B, GLA). Mercredi, c'est le site de Brême (Classe C) qui reprend le travail. Le 28 avril, ce sera le tour du site historique de Sindelfingen, dans la banlieue de Stuttgart (Classe E, S). Volkswagen table sur une reprise lundi 27, BMW le 4 mai. La semaine dernière, le groupe coréen Hyundai-Kia avait déjà rouvert en Europe de l'est : Hyundai dans son usine tchèque de Nosovice, sa marque sœur Kia sur son site slovaque de Zilina. Lundi 20 avril, c'est le suédois Volvo qui a remis en route ses deux usines de Gand (Belgique) et Torslanda (Suède).

 

Le marché automobile devrait s'afficher en baisse de 25% en Europe cette année, selon PSA. Quant à la production auto en France, elle reviendrait à 1,4-1,5 million de véhicules seulement cette année, soit le niveau d'il y a … soixante ans, prédit Claude Cham, président de la Fiev. En 1960, les usines tricolores avaient fabriqué 1,37 million de voitures et d'utilitaires. La production avait ensuite grimpé à 2,75 millions en 1970, 3,38 en 1980, 3,77 en 1990. Quelle dégringolade !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article