Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CGT PAULSTRA

Dans la rue, ce jeudi matin, la colère était toujours de mise contre la loi travail
Leur revendication tient en deux syllabes : "Retrait." Les opposants à la loi travail sont de nouveau descendus dans la rue, ce jeudi matin. Ils étaient environ trois cents à battre le pavé depuis le Forum République, moins que la semaine dernière. Dans le flot des manifestants, toujours une foule de banières et banderoles CGT, une belle brochette de fanions PCF, ainsi que les drapeaux de LO, du NPA...
 
La CGT a tenu a mettre les points sur les "i", face aux attaques faites à son encontre, ces dernières semaines, notamment de la part du Medef. "L'unique but de la CGT, c'est la protection des droits des salariés, que la loi travail remet en cause", a souligné Daniel Angibaud, secrétaire de l'union locale du syndicat, qui a pris la parole à mi-parcours, sur le rond-point de la place Gabriel-Péri, où le cortège a fait une halte. "L'actualité violente du patronat et des mandatés du capital sur notre organisation montre jusqu'à quel point ils peuvent aller pour discréditer, criminaliser et injurier les actions, les salariés, les grévistes."
 
Cette fois encore, les manifestants ont marché jusqu'à la gare SNCF, en signe de soutien aux cheminots grévistes, engagés dans un mouvement de protestation depuis le 9 mars. Ils ont opéré déjà neuf journées de grèves initiées par la CGT et, depuis le mercredi 1er juin, ils se sont engagés dans une grève reconductible. 
 
"Nous ne ferons pas de guerre de chiffres avec la direction : le nombre de trains calés, tant qu Fret qu'au Voyageur, montre que la mobilisation des cheminots est au rendez-vous", s'est félicité Fabien Lathierre, responsable de la CGT du rail de Vierzon, qui a pris le micro devant l'entrée de la gare, pour rappeler l'origine de la grogne, la défense de la convention collective nationale de la branche ferroviaire. "C'est un point d'ancrage solide. Un décret peut être remis en cause au gré des alternances politiques. Un accord d'entreprise, lui, put être dénoncé à tout moment pour des raisons d'ordre économique, ou sur décision de la direction."
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article